La Force d’Intervention Rapide Électricité

Pour faire face aux aléas climatiques de grande ampleur, Enedis a mis en place un dispositif de crise qui a prouvé son efficacité lors des dernières tempêtes. Quand une crise climatique est déclarée, des moyens humains et techniques importants sont mis en œuvre pour rétablir au plus vite le courant chez les clients privés d’électricité. La FIRE : La Force d’Intervention Rapide Électricité

S'exercer pour mieux gérer

La FIRE est forte de 2500 techniciens volontaires, issus de toutes les régions de France, entraînés aux situations de crise, mobilisables à tout moment. Elle est organisée en équipe par domaine de compétence : préparateurs de travaux, techniciens basse tension ou haute tension A, gestionnaires de matériel… Autonome avec ses engins propres et son outillage, elle est immédiatement opérationnelle !

Des agents ERDF à pied dans une épaisse couche de neige


Enedis est régulièrement associée aux exercices de délestage organisés par l’Etat pour préparer la gestion des crises électriques engendrées par d’éventuels aléas climatiques. Par exemple, lors d’une période de grand froid où la consommation électrique augmenterait fortement, les moyens de productions pourraient venir à manquer, risquant d’entrainer des coupures de courant à grande échelle. Pour éviter cet « effet dominos », des coupures de courant peuvent être programmées. Ces exercices permettent de tester l’organisation collective des pouvoirs publics nationaux et territoriaux et des gestionnaires de réseau en cas de crise, afin d’améliorer leur coordination et leur communication.

 

Anticiper pour être prêt à tout moment

Le matériel de la FIRE est composé de kits de matériel et de groupes électrogènes. Stockés sur les plates-formes logistiques de stockage SERVAL de Bordeaux, Aix-en-Provence et Orléans, 2000 groupes électrogènes sont maintenus en condition opérationnelle de façon permanente. Ils servent à la réalimentation quand les travaux prennent du temps. Quant aux kits, ils sont prêts à l’emploi. Ils comprennent le matériel indispensable pour lancer les premières réparations sur les réseaux haute et basse tensions, les branchements, voire le nettoyage en cas d’inondation.

 

Des agents ERDF mobilisés en réunion de crise

 

Un outil de veille météo et de modélisation nommé GERIKO permet à Enedis d’évaluer, deux à trois jours avant, les risques pour le réseau en fonction des prévisions météorologiques. Ce système indique la vitesse des vents, la violence des orages ou la quantité de neige attendue. En fonction de la fréquence de l’évènement, le distributeur anticipe l’ampleur des dégâts sur son réseau électrique et détermine les moyens à mobiliser.

 

La veille de l’évènement se tient une réunion de crise pour décider le nombre de techniciens à mobiliser et à déployer, la quantité de matériels à envoyer, les zones à couvrir. Les agents des régions non touchées sont mis en alerte pour un renfort probable.

 

Intervenir dans les meilleurs délais

Lorsqu’une crise climatique se traduit par des coupures de courant, les équipes sur le terrain engagent une véritable course contre la montre. Le contrat de service public d’Enedis stipule en effet que l’électricité doit être rétablie chez 90% des consommateurs en moins de cinq jours. Un défi que le dispositif de gestion de crise permet de relever.
 

Une équipe d'agents ERDF intervenant sur une ligne électrique tombée par la chute d'un arbre


Le jour de l’évènement climatique, Enedis détermine précisément le nombre d’incidents en fonction des dégâts. Ce diagnostic lui permet de connaître les travaux à réaliser. Le distributeur évalue aussi les conditions d’accès au réseau : des routes coupées ou des arbres à terre compliquent les interventions qui ne doivent mettre personne en danger. La FIRE positionne alors ses équipes.

 

Lors de la tempête Joachim, le soir même, 520 000 des 700 000 foyers touchés ont été réalimentés. 48 heures plus tard, seuls 5000 foyers restaient encore privés d’électricité. A la fin du week-end, pratiquement tout le réseau était réparé.
Après chaque crise, Enedis dresse un bilan de sa performance afin d’améliorer sans cesse son dispositif et de se préparer aux prochains aléas climatiques. Des axes d’amélioration sont identifiés et ensuite intégrés aux plans d’actions en préparation des futures crises. Ces bilans permettent également de déterminer la nature des investissements à réaliser sur le réseau et de repérer les zones d’investissements prioritaires.