Coupures de courant : faire face aux aléas climatiques

Pour éviter les risques de coupures de courant lors d’aléas climatiques, nous investissons et mettons en place, depuis 1999, la Force d’Intervention Rapide Électricité (FIRE).

Investir dans le réseau pour éviter les coupures de courant

En complément des actions de maintenance préventive, telles que l’élagage, nous réalisons des investissements pour réduire le nombre et la durée des coupures de courant en cas de tempêtes, de fortes chaleurs ou d’inondations. 

Nous automatisons notamment le réseau pour accroître sa réactivité et faire face rapidement aux coupures d’électricité pour le plus grand nombre de nos clients. L’instrumentation des réseaux électriques donne de nouvelles perspectives de progrès dans le pilotage des crises et l’anticipation des pannes électriques.

4 exemples de solutions pour réduire les risques de pannes de courant :

  • des capteurs préviennent en cas de présence d’eau dans les postes électriques,
  • les drones sont utilisés pour vérifier l’état des lignes aériennes après les épisodes de crise,
  • depuis quelques années, nous généralisons le déploiement du compteur Linky qui permettra de mieux suivre l’état du réseau électrique à distance et de réduire les temps de coupure de courant en cas d’aléa climatique,
  • les smart grids contribuent aussi à la gestion des crises climatiques.

 

Une Force d’Intervention Rapide Électricité (FIRE) pour réagir au plus vite en cas de coupure de courant

La tempête de 1999 a révélé que des événements climatiques exceptionnels pouvaient durablement fragiliser les réseaux électriques aériens. La FIRE est une réponse pour faire face aux conséquences des événements climatiques graves. Ce dispositif permet, en cas d’alerte météorologique, de prémobiliser en quelques heures 2 500 techniciens et le matériel nécessaire vers les régions en alerte.

Grâce à ce mode opératoire solidaire d’urgence, nous réalimentons la plus grande partie de nos clients en moins de 48 heures, en cas d’aléas climatiques majeurs.

30 tours de contrôle, réparties sur tout le territoire, surveillent en permanence le réseau. En cas d’intempéries majeures, elles peuvent très vite transmettre une cartographie des dégâts. Celle-ci est complétée par les éléments fournis par les drones et les hélicoptères.

 

Le délestage pour éviter le black-out

Nous sommes régulièrement associés aux exercices de délestage organisés par l’État pour préparer la gestion des crises électriques engendrées par d’éventuels aléas climatiques. Par exemple, lors d’une période de grand froid où la consommation électrique augmenterait fortement, les moyens de production pourraient venir à manquer, risquant d’entraîner des coupures de courant à grande échelle. Pour éviter cet « effet domino », des coupures d’électricité peuvent être programmées.